Self portrait001_DxOFP.jpg

BIOGRAPHIE :

Ludovic Bourgeois est un artiste français né à Paris en 1969.

Travaillant avec la photographie, le film, les installations et la vidéo.

Il vit et travaille en France.

Après une formation de photographe praticien à l’Ecole Supérieure de Photographie de Toulouse, l’Etpa,  Ludovic Bourgeois quitte sa ville d’adoption pour Paris en 1993 il y sera assistant de photographes notamment de Ludovic Carème son binôme à l’école d’art, ou encore Jean-Christian Bourcart , Denis Darzaq. Il y demeurera jusqu’en 2011.

Très influencé par la culture underground américaine des années 60-70 allant de la Beat Generation à la Factory de Andy Warhol en passant par les Merry Pranksters et la littérature américaine, Aldous Huxley, William S. Burroughs, Timothy Leary. Il explorera et expérimentera durant cette période parisienne plusieurs medium artistiques, diffusant son travail dans différents lieux underground et squats artistiques de l’époque, utilisant différentes signatures pour se produire (Nexus23, Zedbee, LuBo). Avec l’arrivée en France de la scène "Free Party" Anglaise, il diffusera une partie de son travail sous forme de vjing, principalement « Something special for you – Génération X » série photographique autobiographique sur cette fin de siècle annoncée ainsi que son film « fin de siècle », montage d’images d’archive et de larsens vidéo de plusieurs heures. Il part un certain temps sur la route en Europe. A son retour à Paris, il découvre qu'une très grosse partie de ses archives sont parties en fumée dans l'incendie de la cave ou il avait tout stocké. Retour à zéro.

En 1995, après avoir vu cette série en cours, l’artiste plasticien, vidéaste et designer, Pierre Huygues, lui demande d’être directeur de la photographie de son premier long-métrage « Remake ». Première expérience cinématographique ou l’amateurisme demandé pour l’esthétisme de ce projet, lui fait aborder une autre façon de travailler, plus instinctive, plus accidentelle, qu’il gardera par la suite.

Rencontres et collaborations jalonnent ainsi son parcours et nourrissent ses explorations artistiques.  Jacques Monory laissera son empreinte dans l'ensemble de son travail, Une autre rencontre importante pour lui, celle de l’écriture avec le dramaturge et metteur en scène Eugène Durif. En 2007 ce dernier lui donne carte blanche pour réaliser la scénographie de sa pièce de théâtre « A même la peau » mise en scène par Karelle Prugnaud, s’ensuivra une collaboration sur « La femme assise qui regarde autour », en tant que comédien et plasticien.

Il  restera 18 ans à Paris durant lesquelles en parallèle de ses activités photographiques et artistiques il évoluera également dans l’univers de la mode, de la presse, du théâtre ou encore du cinéma. En 2008 sa fille Lou nait, il quitte définitivement Paris trois ans plus tard pour s’installer dans une ancienne gare, au pied de Sancerre.

En 2012 il revient approfondit encore un peu plus le champ de l’intériorité, questionne la mémoire, thématique que l'on retrouvera présente dans tout son travail. Il crée la série « Journal d’une illusion » autour de son histoire familiale et de son enfance. Il poursuit et étaye cette démarche introspective et contemplative avec la série « Balance » moins narrative, plus abstraite, prémices du projet Arbôraisthêsis. Suivra « Anxiogène » série où il commence à aborder la notion d’écologie et plus généralement pour lui, de survie. Dernièrement, avec Eros il revient à un esthétisme qu’il avait expérimenté dans les années 90, il séquence au travers de cette série un roman étrange, mirage du réel, vertige d'un instant, souvenir envolé. Travail sur l’empreinte, la mémoire corporelle, l’emprise.   

Quand au projet « Arbôraistêsis» commencé en 2014, il est une parenthèse ouverte dans son travail, il y questionne la cognition, les représentations, l’imaginaire, les sens, le vivant, notre mémoire reptilienne… Les acteurs principaux étant les arbres, l’eau, l’atmosphère, la terre, la pierre, la planète elle-même.

Artiste visuel polymorphe et réflexif, Ludovic Bourgeois ne limite pas son champ de vision et ne se veut assujetti à aucune identité « marketée ». Il photographie de manière instinctuelle et manipule divers supports travaillant image argentique comme numérique, textile, grattage, peinture, collage, installation vidéo. L’outil est moyen et non fin vocable d’un langage visuel qui lui sert à sonder, traduire les espaces, les temps, les matières, un tout où rien singulier et signifiant, in situ et en mouvement.

_________________________________________________________________________

Ludovic Bourgeois is a French artist born in Paris in 1969.

Working with photography, film, installations and video.

He lives and works in France.

 

After training as a photographer at the Ecole Supérieure de Photographie de Toulouse, Ludovic Bourgeois left his adopted city for Paris in 1993 where he worked as an assistant to photographers including Ludovic Carème, his partner at the art school, or Jean-Christian Bourcart, Denis Darzaq. He will remain there until 2011.

 

Very influenced by the American underground culture of the 60's and 70's, he explored and experimented during this period in Paris with several artistic mediums, spreading his work in different underground places and squats of the time, using different pseudonyms to perform. With the arrival in France of the English Free Party scene, he diffused part of his work in the form of vjing, mainly "Something special for you - Generation X", an autobiographical photographic series on this announced end of century, and also the film "fin de siècle", a montage of archive images and video feedback lasting several hours.

In 1995, after seeing this series in progress, the artist, video artist and designer, Pierre Huygues, asked him to be the director of photography for his first feature film "Remake". This was his first cinematographic experience where the amateurism required for the aestheticism of this project made him approach another way of working, more instinctive, more accidental, which he would keep there after.

Encounters and collaborations thus mark out his course and nourish his artistic explorations.  Jacques Monory will leave his mark on all of his work. Another important encounter for him is that of writing with the playwright and director Eugène Durif. In 2007, Durif gave him carte blanche to create the set design for his play "A même la peau" directed by Karelle Prugnaud. This was followed by a collaboration on "La femme assise qui regarde autour", as an actor and visual artist.

 

He will stay 18 years in Paris during which time he will also evolve in the world of fashion, press, theater and cinema. In 2008 his daughter Lou was born, he left Paris three years later to settle in an old train station at the foot of Sancerre.

In 2012 he returns to explore the field of interiority, questioning the memory, a theme that will be present in all his work. He creates the series "Diary of an illusion" around his family history and his childhood. He continues and supports this introspective and contemplative approach with the series "Balance" less narrative, more abstract, the beginnings of the Arbôraisthêsis project. This was followed by "Anxiogenes", a series in which he began to address the notion of ecology and, more generally, survival. Lately, with Eros he returns to an aestheticism that he had experimented in the 90s, he sequences through this series a strange novel, mirage of reality, vertigo of an instant, memory flown away. Work on the imprint, the body memory, the hold.   

 

When the project "Arbôraistêsis" started in 2014, it is an open parenthesis in his work, he questions cognition, representations, imagination, senses, the living, our reptilian memory ... The main actors are trees, water, atmosphere, earth, stone, the planet itself.

A polymorphous and reflexive visual artist, Ludovic Bourgeois does not limit his field of vision and does not want to be subjected to any identity. He photographs instinctively and manipulates various media working with silver and digital images, textiles, scraping, painting, collage, and video installations. The tool is the means and not the end of a visual language that serves to probe, translate spaces, times, materials, a whole where nothing singular and significant, in situ and in movement.

/// Expositions personnelles

2021 / Arbôraisthêsis - Co2 / Alchimia / Dijon.

2019 / Arbôraisthêsis - Co2 / Basta /Henrichemont.

2019/ Arbôraisthêsis - Co2 / Au grès des Ouches / Morogues.

2015/ Arbôraisthêsis - L’espace du dedans / Showroom Lucy Kepp / Sancerre.

2014 / Journal d’une illusion / Office de tourisme de Vailly Sur Sauldre.

2013 / Journal d’une illusion / Le Café Librairie de Sancerre.

2013/ Mascarades / Art dans les cours / Sancerre.

2012/ Journal d’une illusion / Art tour Martine / Sancerre.

2008 / Something special for you /BBC / Barcelone.

2007 / Mascarades / Centre Daniel Sorano / Vincennes.

1998 / Anima / Galerie Cholorophylle28 / Sancerre.

1995 / Anima / Le jardin des récollets / Paris.

1995 / Golden copule / Le NEO / Paris.

/// Expositions collectives

2019 / Arbôraisthêsis - Co2 / Théâtre Des Forges Royales / Guérigny.

2019 / Arbôraisthêsis - Co2 / La Tour de Vesvre / Neuvy deux Clochers.

2018 / Arbôraisthêsis - Reflection / L'arti'store. Parvis des métiers / Bourges.

2017 / Arbôraisthêsis - Murïd-Reflection / Atelier Marie-Angèle Castillo / Étampes.

2017 / Something special for you / Genre : UNIQUE ! / Centre culturel tchèque / Paris

2016 / Arbôraisthêsis - L’espace du dedans / La Fabrique / Bourges.

2016 / Arbôraisthêsis – L’espace du dedans / Saint père la nonne / Sancerre.

2016 / Arbôraithêsis - L’espace du dedans / Galerie La Ralentie / Paris.

2013 / Journal - Mascarade / L’Atelier du Piton / Sancerre.

2012 / Plainte contre X / Le Cabaret Organique « Nyctalopes » / Passage Choiseul /  Paris.

2002 / Something special for you /Le Symposion / Paris.

2001 /Something special for you / Festival virus - Matozoïde  / Techno Plus / Paris.

1994 / Something special for you / Espace Saint Martin / Paris.

/// Installations

1999 / "Fin de Siècle" (durée : 75 min. format HI8)

Festival Piratage - Batofar /Paris

Soutien du Ministère de la Culture, de la Ville de ¨Paris, et du Conseil Général d’Ile de France.


/// Scénographie

2007 / « A même la peau » d’Eugène Durif, m.e.s : Karelle Prugnaud.

Théâtre du Cloître, Bellac / La Fabrique, Guéret / Centre culturel de Terrasson / Festival Vincennes Paris

Scénographie/Installation photographique

2007 /« La Femme Assise qui regarde autour » d’ Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, m.e.s Karelle Prugnaud.

Limoges/ La Fabrique, Guéret / Centre culturel de Terrasson/Festival de théâtre gay et lesbien Paris/Festival 20scènes, Vincennes.

Installation photo/vidéo


/// Illustrations

2009 / Plaintes contre X de Sophie Noël / Nos éditions folle - GICG. ISBN : 978-2-9534157-0-4

2007 / Frictions Théâtre et écritures n°11 / A même la peau, de Eugène Durif.

/// Workshop

2023 / Ensa Dijon.